Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de Pablo - Domaine de Crève Coeur
  • Le blog de Pablo - Domaine de Crève Coeur
  • : DOMAINE DE CREVE COEUR Blog d'un passionné de vignes et de vins, du sud, de sa Provence natale, de son petit village de Séguret et du plaisir de la vie !!
  • Contact

Recherche

Archives

11 juin 2008 3 11 /06 /juin /2008 09:31
Entre les orages et les pluies, assez récurrentes ces derniers temps, et qui commencent à préoccuper les vignerons, j'ai eu le temps de prendre quelques photos pour vous montrer l'avancée de la croissance végétative des petites vignes.
Le printemps est donc arrosé, vraiment arrosé, environ 350mm depuis le début de l'année. Mais pour l'instant tout se passe bien. La vigne profite de ce temps clément pour pousser et les feuilles sont d'un si joli vert. Le stress hydrique ne devrait pas être extrême cette année. Mais toute cette pluie laisse craindre le développement des maladies type mildiou et oidium (pour qui cette alternance de pluies et de chaleur est parfait !). Quelques petits foyers par-ci par-là, mais rien de grave pour l'instant.
Mais cela suiffit à alimenter les discussions et à mettre un peu de piment en ce mois de juin !
Il faudra être vigilant, traiter tactiquement, surtout si l'on n'utilise que des produits de contact type cuivre et soufre.
Encore un millésime de vigneron !
Mais qui j'en suis sûr sera magnifique au final !
Point négatif, des journées de fort vent, qui a occasionné un peu de casse de rameaux, mais là encore rien de grave. Un peu de grêle aussi dans la plaine, trés localisée, mais sans réelles conséquences majeures.

Mais revenons à nos moutons !!

Début juin, la vigne commence à fleurir. Le phénomène est déjà bien avancé dans la plaine ségurétaine, et commence Derrière le Château !



Les grappes sont assez nombreuses et généreuses.
Etape cruciale que le fleurissement !!

Mais la vigne a donc poussé comme je vous le racontais, et j'ai donc dû réfléchir à mes échalas sur gobelet.
Quelques rameaux étaient déjà couchés sous leur propre poids. Aux alentours, les dépointeuses sont déjà de sortie. Je persiste à vouloir essayer de dépointer le plus tard possible, voir peut être pas du tout si la technique de relevage fonctionne.
J'ai donc commencer à relever un peu le feuillage sur les gobelets (sur les cinsaults palissés, rien de plus simple !!). J'ai entouré chaque cep d'un fil de lycra, et les rameux se tiennent entre eux ! Le piquet étant là en cas de besoin ! Pour l'instant cet échalas n'est pas encore indispensable, mais je me suis rendu compte que avec le poids, ces rameaux allaient surement pencher d'un côté, et ne pas rester bien droit. Et c'est là où notre cher échalat sera utile !!
Affaire à suivre donc !!



Voilà un petit aperçu !!
Quant à l'herbe, elle a elle aussi bien poussé. Un petit coups de débrousailleuse et le tour est joué !

Hasta pronto !
Repost 0
29 mai 2008 4 29 /05 /mai /2008 15:56

Vendredi dernier (le temps passe !!), avec la troupe de LVP (cercle Rhône Vallée de La Passion du Vin), nous sommes partis direction le fameux vignoble de Chateauneuf-du-Pape et ses célèbre domaines !
Avec Fredo, cela faisait pas mal de temps que nous attendions cette date et ce moment, car le programme était plutôt alléchant: Chateau La Nerthe et Chateau Rayas ! Rien que ça !!
Le groupe était étouffé, la journée ayant motivé pas mal de monde: Yves, un passioné suisse était même de la partie !!

CHATEAU LA NERTHE

Le matin était donc réservé au Chateau La Nerthe, grande propriété de plus de 100ha.
Le vignoble est cultivé en Agriculture Biologique depuis 1998. Les parcelles se situent sur un véritable patchwork de terroirs, avec les blancs, les syrah et les mourvèdres plantés sur les sols argileux, et les grenaches sur sols plutôt sableux (qui leur apportent beaucoup de finesse).
Le chateau pratique des rendements moyens de 35hl/ha. A noter que les rouges, excepté la syrah, sont conduits en gobelet, le reste pouvant être palissé. Cela fait partie du décret de Chateauneuf du Pape, et est bien sûr qualitatif.

Le chateau est trés ancien, et il existe des cuves en pierre, encore utilisées pour les fermentations malo-lactiques.

Aprés une belle discussion avec Christian Voeux, directeur-gérant-oenologue, nous dégustons quelques vins.
La qualité est au rendez-vous !

Blancs :

Chateauneuf 07 : beau nez de poire au sirop, de fleurs blanches avec une belle fraîcheur En bouche une belle vivacité et une belle rondeur. Un superbe vin en perspective !

Beauvenir 03 : une belle couleur or. Encore un peu marqué par le bois, avec une belle fraîcheur. En bouche, le bois est fondu, belle vivacité, belle rondeur, belle ongueur sur le caramel, la crème. Une trés belle cuvée, encore dans sa jeunesse !

Rouges :

Chateauneuf 04 : belle couleur profonde, expressif (marqué grenache), épicé, légèrement torréfié, fruité. En bouche : souple, soyeux, structuré, long, peut être un peu dur en final.

Les Cadettes 03 : mentholé, cassis, boisé, belle fraîcheur et belle longueur. La aussi, un vin dans sa pleine jeunesse !

Une bien belle dégustation, et une première approche instructive.
J'aurai surement l'occasion de vous reparler en détail de ce beau domaine, pluisque j'y travaillerai à partir de fin août, en espérant que le millésime 2008 soit de qualité et que la vinification soit une réussite !!

CHATEAU RAYAS

 Pour se restaurer, petit pique-nique dans les vignes de Chateauneuf, dans une zone d'ailleurs que je ne connaissais pas (Chateauneuf fait quand même plus de 3000ha).
Petit pique-nique des plus sympas, avec quelques belles bouteilles mais aussi quelques surprises qui ont été appréciées !! Jajaja !! Avec tous ces conseils, on finira bien par progresser, n'est-ce pas Fredix ! !


Nous partons au fameux, au célébrissime Chateau Rayas !! Le domaine se situe sur la partie nord de l'appellation, et se caractérise par des sols trés sableux,  loin des gallets roulés célèbres de la région !! La patte Rayas ? C'est bien possible !


Des vignes conduites en gobelets, avec uniquemes des grenaches pour les rouges, et des grenaches blancs et clairette pour les blancs. 
Particularité de Emmanuel Reynaud, l'écimage (ou démamage !!) précoce et répété ! Un peu à l'inverse de ce qu'on nous apprend..... autre patte Rayas  ? peut être  !! L'idée étant d'augmenter la surface foliaire par le départ des entre-coeurs, mais aussi de protéger les grappes du soleil.
Les vignes sont plantées au carré, pour les travailler dans les deux sens, plantées sur 3309C pour les nouvelles plantations.
Les vignes sont uniquement traitées à la bouillie bordelaise et au soufre.

L'approche de Rayas est en fait trés traditionnelle, perpétuant des habitudes familiales.

L'entrée de la batisse, de la cave.


Les parcelles que nous avons visité sont toutes entourées de forêt.


Aprés la ballade dans les vignes, nous entrons dans la cave, pour déguster !
Grand moment, tant attendu !!

En cave aussi, la stratégie est d'intervenir le moins possible, de laisser faire la nature.
Bien entendu, pour éviter la production de vinaigre, le SO2 est utilisé avec justesse et parcimonie !
Les vins sont ensuite élevés en fûts trés anciens. S'ils sont trop jeunes, il sont d'abord "veillis" dans un autre domaine ou sur d'autres cuvées !! Ils peuvent avoir 80 ans et plus !!
Là encore, à l'inverse des méthodes générales !! Patte Rayas ? Surement !!

La dégustation est intéressante, complète.
On goûte sur fûts, et en bouteilles.
Les blancs nous ont vraiment marqué, d'une fraîcheur remarquable, et d'une longeur rarement vue. Des blancs expressifs, nets, vifs, rond, superbes !!
Pour les rouges, les vins 07 sont encore un peu fermés, mais les dégustations de vins en fût laissent penser que ce sera trés grand.
Par contre, les vins goûtés provenant des bouteilles (échantillons) sont évolués, assez courts..... des bouteilles surement ouvertes depuis longtemps.
Nous restons donc sur notre faim quant aux rouges... nous sommes surement passés à côté.....

Le mystère Rayas reste donc encore entier !!
En espérant que nous le percerons un jour !!
Les occasions sont rares de goûter du Rayas, mais elles existent !!
Vivement la prochaine !!

Repost 0
Published by Pablo - dans Degustations
commenter cet article
18 mai 2008 7 18 /05 /mai /2008 23:57

Le printemps est maintenant bien entamé, la nature profite de ces périodes assez pluvieuses pour pousser et s'exprimer avant le dur été, assez fréquent en Provence.

La vigne arbore déjà de beaux rameaux, et les travaux en vert ont commencé: ébourgeonage et relevage.
Mais la vigne n'est pas la seule à pousser sur un sol non soumis au diktat des désherbants chimiques ! Les herbes elles aussi s'en donnent à coeur joie ! Il faut alors les couper, ou tout au moins limiter leur expansion. Garder de l'herbe permet d'aérer le sol (par leurs racines), de le maintenir humide. Mais se laisser gagner par leur expansion implique ensuite une concurrence hydrique accrue avec la vigne, ainsi que des éléments favorables aux diverses maladie, le mildiou notamment. La gestion de l'herbe est donc délicate, mais passionnante pour celui qui tente de recréer un équilibre sur sa parcelle.

L'herbe, ou plutôt les différentes herbes d'une parcelle sont aussi le support à la biodiversité. Les abeilles et les insectes y viennent, les araignées s'y réfugient ! Et la parcelle prend vie !
Désherber chimiquement revient à supprimer tout cela en quelques jours.....

Alors qu'il n'y a rien de plus beau que de croiser une petite coccinelle, une abeille, ou un quelconque insecte au détour d'un cep lors des travaux d'ébourgeonnage !! 









































Le cycle de la vie redémarre inlassablement !
Tout se présente plutôt bien à ce jour, espérons que cela dure !

A bientôt pour de nouvelles aventures !

Repost 0
14 mai 2008 3 14 /05 /mai /2008 17:59

En ce dimanche 11 mai 08, nous avions rendez vous à Rasteau, célèbre pour son Vin Doux, et maintenant pour ses rouges. Encore Côtes du Rhône Village Rasteau, l'appellation va bientôt passer cru.
La météo était capricieuse, mais les gourmets étaient là, Thibaut et Elvira en tête !!
Avec Fredo, Lucie et ses parents, Anne, Tib, Elvi et moi même, la bande était au complet !
Le concept est simple: ballade dans les vignes et les bois, avec des arrêts gastronomiques accompagnés de dégustation. Simple mais génial !
Les vins avaient été sélectionnés à l'avance et il n'y eu aucune mauvaise surprise. Ce fut donc un régal de se ballader au travers des parcelles, contemplant les ceps....


Mais le clou de la journée, pour Fredo et moi, ce fut quand même le labour à cheval, un grand moment d'émotion.
Le plus fascinant fut peut être le cheval et sa discipline.... il était dressé à merveille et répondait à chaque mot de son propriétaire (qui vient d'Aigues Vives dans le Gard, et laboure notamment au Domaine du Trapadis à Rasteau).

 

 

 Nous avons donc parcourus 6 km, discutant, dégustant et profitant de la vie !

  





























N'est ce pas Thibaut !!

Enfin, avec tous les vins dégustés, difficile d'en faire un résumé.....
Mais dans l'ensemble, des vins de trés belle facture, peut être un peu fermés et sur l'animal, mais puissants et équilibrés.
A noter un joli rosé de la cave coopérative, un rouge du Domaine Combe Julière trés intéressant, ainsi que quelques valeurs sûres comme le domaine des Escaravailles (et sa jolie Ponce).

Voilà, une bien belle journée, et vivement l'année prochaine pour une autre virée de gourmets !!
Sacrée Escapade !! Gourmets préparez vous !!

L'activité du blog reprend et j'ai pas mal de choses à vous raconter !!
A bientôt pour d'autres aventures !

Repost 0
Published by Pablo - dans Degustations
commenter cet article
14 avril 2008 1 14 /04 /avril /2008 20:54

Aujourd'hui, le thème de ce petit billet s'éloigne un peu du monde vitivinicole, pour accéder à celui du plaisir de la table !
Les petites pluies de ces derniers temps ont eu leur effet, les asperges sauvages sont sorties ! Et au détour des buissons d'asparagus, elles poussent et cherchent le soleil !
Il suffit alors de les ceuillir. On les repère facilement à leur allure élancée, à leur couleur vert tendre. On les trouve de fin janvier à début mai.

Vient alors le moment de la préparation. Les asperges sont au préalable passées à la vapeur. Il existe ensuite plusieurs possibilités: simplement en vinaigrette, en brouillade ou omelette, mais aussi en accompagnement de pâtes.
C'est cette dernière option qui a été choisi pour la ceuillette d'aujourd'hui.
Aprés le passage à la vapeur (5 min), on les fait revenir dans une poêle, et on ajoute un peu de crème fraîche.
Ces petites asperges ont un goût trés prononcé, un vrai régal !

Voilà un petit plat simple, de saison, et tellement délicieux !



Le tout avec un bon petit verre de vin rouge, c'est parfait !


Repost 0
Published by Pablo - dans Gastronomie
commenter cet article
12 avril 2008 6 12 /04 /avril /2008 17:39

Petit à petit, la vigne commence à se réveiller, doucement, hésitante à cause de ce temps changeant alternant periodes de chaleurs et vagues de froid et de Mistral. L'herbe pousse, les premières fleurs s'épanouissent, les premières salades sauvages grandissent, et le vigneron entre dans une nouvelle periode de gros travail !

La température du sol est maintenant remontée au dessus du zéro de végétation (10°C) et les métabolismes se sont donc remis en route, la sève a déjà recommencé à circuler, entrainant avec elle les hormones de croissance (gibbéréline, cytokine, auxine).
Les bourgeons sont ont maintenant bien gonflés, certains sont en encore timides, d'autres laissent apparaître leur bourre et quelques débuts de feuilles, d'autres encore sont déjà bien développés ! Affaire de précocité selon les cépages, selon le porte-greffe utilisé, selon l'âge du cep !

En voilà quelques illustrations :































Ce n'est encore qu'un début, mais c'est bel et bien le signe que la vie reprend aprés sont repos hivernal.
Le printemps est vraiment magnifique !



C'est beau un sol qui vit, une nature qui s'exprime et rien n'est plus merveilleux que de vivre au rythme de ses cycles et saisons !

Je voulais aujourd'hui partager avec vous ce petit moment de contemplation et de bonheur si simple !
Il ne manque que le Mistral pour que le tableau soit parfait !
A vous de l'imaginer ! Mais alors attention couvrez vous bien !
Repost 0
17 mars 2008 1 17 /03 /mars /2008 18:42
Et voilà, le grand moment de la taille est enfin arrivé ! La petite superficie me permet de tailler l'ensemble en un week end, tranquilement, et de fixer la date aprés réflexion. Le printemps commence à arriver petit à petit, la bourre des bourgeons commence à apparaître, quelques uns ont déjà même débourrés (en bout de sarments, dominance apicale oblige !). Il était temps de passer à la taille, même si la encore, l'impératif de tailler un week end m'a empêché de suivre le calendrier lunaire (ah, vivement que je me consacre entièrement à ce beau métier de vigneron !!). Le cycle végétatif commence à s'enclencher, les processus biologiques se réveillent peu à peu. La nature se réveille doucement !
La taille est une opération que j'affectionne tout particulièrement. C'est un moment assez privilégié où l'on se penche sur la souche et où on l'observe avec attention afin de déceler toutes les informations qui vont nous permettre de tailler convenablement: vigeur qui déterminera le nombre d'yeux à laisser (plus la souche sera vigoureuse et plus on laissera de bourgeons pour permettre une bonne répartition de cette dernière), structure spatiale de la souche (que l'on pourra alors affiner), choix de tel ou tel sarment qui une fois taillé donnera le futur courson, élimination progressive des bois morts.... un ensemble de tâches et de réflexions primordiales quant à la bonne organisation de la souche et à sa longévité. Une opération à mener avec attention et sérieux !



Conséquence directe de la taille, la formation de plaies de taille ! Chaque coups de sécateur laissera donc une coupure par laquelle s'écoulera de la sève: ce sont les pleurs de la vigne !! Cet écoulement pourra être relativement conséquent selon la vigeur de la vigne. Trés vite, les canaux sectionnés vont se boucher par l'action de bactéries présente dans le liquide et qui vont former petit à petit une masse gluante et provoquer ainsi l'arrêt des pleurs.
Ces pleurs ont l'avantage d'empêcher que des parasites pénétrent dans les canaux, et se répandent ensuite dans la souche. Tailler tard, en sève montante est donc une stratégie pour limiter les contaminations par les champignons de l'esca notamment.

Voilà une petite photo représentative du phénomène :

undefined

La vigne pleure alors peut être à cause du temps qui passe, ou peut être seulement de joie à l'approche du printemps et des beaux jours !! Qui sait ? Un jour, je lui demanderai ! Et alors, peut être que ce jour là, une souche distraite me dévoilera son secret !

La taille est aussi un moment de tranquilité dans la nature, de méditation ! 
Moments de plus en plus rares et de plus en plus nécessaires !!

Je finirai par une petite photo du travail accompli. Le labeur continue, le cycle annuel immuable à repris !

undefined

Hasta pronto !!


Repost 0
12 mars 2008 3 12 /03 /mars /2008 20:51

Notre cher et fameux Chloro, lecteur assidu, scientifique dans l'âme, m'a donc obligé quelques recherches pour apporter plus de précision quant à l'influence de Botrytis Cinerea sur les vins.
Soit, je me lance pour une petite explication !!

Botrytis Cinerea est un champignon saprophyte de diffusion mondiale. Il est le principal responsable de la pourriture du raisin. Il est capable d'attendre les conditions favorables à son développement et reste donc un danger permanent. La présence d'eau à la surface du tissu végétal, et une température de 18°C sont les conditions idéales à son développement (germination et croissance mycélienne).

Selon les conditions, sur des raisins déjà parvenus à maturité, il peut provoquer un véritable processus de surmaturation, augmentant la quantité de sucre par déshydratation, et améliorant la qualité avec des arômes caractéristiques. Dans ce cas précis, on parle alors de pourriture noble. Ce développement sera favorisé par des nuits humides (fleuve proche) et des journées ensoleillées et ventées (tamporisation de la croissance).

Venons en aux aspects chimiques et biochimiques !!
Les baies sont donc déshydratées concentrées (2 à 5 fois !!). Le jus sera trés sucré, mais il est remarquable que l'acidité est voisine de celle d'une baie saine. L'acide tartrique est en quantité plus faible. Des composés habituellement absents ou en trés petites quantités se trouvent en proportions plus importantes: le glycérol et l'acide gluconique (qui peuvent alors aller jusqu'à 7g/l !!), qui sont des marqueurs de pourriture noble.
Botrytis Cinerea va alors modifier profondement la composition de la baie.
Les acides sont dégradés par désacidification biologique. Les substances azotées sont elles aussi dégradées pour son propre développement. Les composés phénoliques sont eux aussi dégradés par une laccase produite par le champignon, et cette oxydation explique les couleurs souvent plus foncées, plus brunes des vins issus de raisins pourris. Néanmoins en fin de développement, le champignon produit moins de laccase et cette activité enzymatique peut alors être limitée.
Au niveau aromatique, de fortes modifications sont induites. Botrytis Cinerea produit des glycosidases qui hydrolysent les glycosides terpéniques en produits moins odorants. L'activité de notre champignon se caractérise plutôt par l'accumulation de furfural, de benzaldéhyde et de phénylacétaldéhyde,..... responsables de l'arôme "roti".
Botrytis produit aussi des substances antibiotiques, à l'origine de difficulté de fermentation.

Enfin voilà quelques éléments au sujet de ce cher champignon, qui donnent quand même quelques vins trés renommés et excellents !! Citons les vins de Sauternes, des Coteaux du Layon, de Tokay (Hongrie), mais aussi les Trockenbeerenauslese d'Allemagne !!
Cette surmaturation est aussi utilisée en Alsace et quelques vignerons commencent à s'en servir pour tester de nouvelles voies un peu partout !!

Le Botrytis, ou comment une maladie du raisin peut produire un merveilleux nectar !!

Voilà mon cher Chloro une réponse qui j'espère te comblera et fera avancer le schmilblick !!
Et vivement la prochaine question !

Hasta pronto !!

Repost 0
11 mars 2008 2 11 /03 /mars /2008 00:02
Aprés avoir creusé et creusé les trous, il était temps de penser aux nouveaux petits pieds de vignes. L'avenir du modeste vignoble est en jeux !
Là aussi, comme à chaque étape de viticulture, la réflexion a été longue, et finalement, combinée aux réalités quotidiennes, elle est arrivée à son terme !! Mais laissez moi donc un peu vous expliquer tout cela !

Bien, les souches malades (principalement à cause de l'Esca) ont donc été arrachées à l'automne, et petit à petit, les trous ont été creusés durant l'hiver. Puis le temps est passé. Le printemps arrivant, il était  grand temps de s'occuper de replanter tout cela ! Les trous ont donc été rebouchés et un peu de fumier bien composté a été rajouté.
Durant tout ce temps, j'ai mené la réflexion essentielle du cépage et du porte-greffe. Pour le cépage, ce fut assez simple: des grenaches pour la vieille parcelle en gobelet, et pour la parcelle plantée en cinsault, ce seront des carignans qui viendront prendre place. Pourquoi des carignans? et bien parce que j'apprécie tout particuliérement ce cépage (il se fait d'ailleurs de plus en plus de vins issus de carignan à 100%, et souvent, ce sont de trés belles surprises !!), et qu'il est assez rustique et résistant. Il leurs faudra du temps avant de produire de beaux raisins, mais l'oeuvre du vigneron ne s'étale-t-elle pas dans le temps !! Alors patience et commençons à rêver à ce futur nectar !
Voilà donc les cépages choisis. Puis ce fut au tour du porte-greffe. L'analyse de sol me confirme la forte proportion de calcaire actif (particules de calcaire les plus fines et surfaces des particules grossières), environ 15,5%, élément essentiel dans le choix du porte-greffe. Interviennent ensuite des considérations de rendements, de précocité, de tolérance à la sécheresse et de vigeur. Finalement, le choix s'est porté sur le 161-49C, porte-greffe qualitatif, avançant légérement la maturité et résistant au calcaire. Comme souvent, la réalité vient apporter son grain de sel, et je trouverai finalement les grenaches sur 161-49C, mais pas les carignans, qui seront donc greffés sur R110 (porte-greffe classique de la région, assez productif et vigoureux).
Le choix du matériel végétal étant fait, il restait maintenant à décider d'une date !!
Je m'intéresse de plus en plus aux influences de la lune et des planètes, et à l'approche bio-dynamique. Je viens juste de recevoir le fameux calendrier des semis de Maria Thun. Je m'y suis donc directement plongé pour y chercher une réponse. Il fallait un jour "fruit" ou "racine", compris dans la période de plantation !! Je vous rassure, je ne maitrise pas encore ces notions bio-dynamiques, mais je vais essayer de m'y atteler ! Ce sera d'ailleurs peut être l'objet d'un futur article !!
Et bien entendu, ces jours-là tombaient en semaine.... j'ai donc dû me résoudre à ne pas suivre les planètes cette fois-ci !! La prochaine sera la bonne !! J'essayerai de les chouchouter encore un peu plus pour compenser !!
Les prévisions météo m'ont définitivement fait choisir le samedi 8 mars pour réaliser le chantier. En effet, la pluie était annoncée, les températures à venir assez clémentes (pour éviter des risques de gel) : rien de tel pour lancer des petits pieds de vigne !

Il a donc fallu creuser un trou, y introduire le greffé-soudé (porte-greffe et son greffon, entourés de cire rouge), tasser la terre, mettre un petit piquet, et arroser le tout ! Et cela avec tact et précision !
C'est en effet délicat à faire: ni trop profond, ni trop en l'air, bien aligné, terre bien tassée autour des racines.....
Enfin, un joli petit travail champètre ! Et tout cela avec un beau soleil, la pluie n'étant que pour le lendemain !

En voilà un petit aperçu !

undefined

Et voilà donc les parcelles à nouveau "remplies" ! Les manquants sont replantés !
Ces petits pieds de vignes vont maintenant se développer, difficilement au départ à cause de la concurence de leurs voisins plus costauds, mais d'ici quelques années, disons 3-4 ans, ils commenceront à produire de jolis petits raisins qui viendront faire avancer le schmilblick du vin de Derrière le Chateau !!
Vivement les futures souches !!

Hasta pronto !
Repost 0
2 mars 2008 7 02 /03 /mars /2008 12:21
Nous voilà une fois de plus sur la route en direction de la Vallée du Rhône Nord ! Région que l'on commence à bien découvrir pour le plus grand plaisir de nos papilles !
Et là encore, notre petit groupe de La Passion du Vin (LPV) nous ouvre les portes d'un grand vigneron de la région, j'ai nommé Mr François Villard, en appellation Condrieu !! Une grande aprés-midi en perspective !

Aprés nous être tous retrouvés au domaine, nous partons dans les vignes, rituel obligatoire et vraiment intéressant. Cela permet de mieux cerner l'appellation, le vigneron et finalement le vin que nous goûterons plus tard.
Mais revenons un peu sur l'appellation que nous allons explorer aujourd'hui: le Condrieu. 
C'est une appellation d'environ 130 ha, qui s'étend sur 7 communes sur la rives droite du Rhône, autour du village de Condrieu (tout pres de Vienne). Le vignoble est exclusivement planté en Viognier sur sols granitiques, avec une rendement moyen de 35 hl/ha. Une des grande caractéristiques est la topographie du sol, des pentes abruptes avec de petites terrasses où les pieds de vigne s'accrochent tant bien que mal !
On dit que Stendhal en consommait abondamment !
L'appelation a été créée en 1940, puis est tombé en casi abandon dans les années 1960. Dans les années 1980-1990, c'est à nouveau le grand boom et le Condrieu est aujourd'hui un vin que l'on s'arrache dans le monde entier.... juste récompense d'un gros travail !

Mr Villard nous emmène donc sur la parcelle Des Poncins, dont il élabore une cuvée du même nom. Cette parcelle est sur la commune de St Michel sur Rhône. 
undefined
Les magnifiques terrasses, Chateau Grillet dans le fond et le Rhône, paisible !

Le viognier est ici en sélection massale, planté sur R110 et taillé en Guyot.
Le sol est ici trés sableux avec un pH trés acide (5-5.5). Ce caractère sableux favorise un fort drainage et des conditions difficiles pour la vigne. Le sol est désherbé chimiquement. L'agriculture biologique est ici trés difficile et Mr Villard souhaite un jour se passer de produits de synthèse. Le problème est que le travail du sol est ici impossible, à moins de bécher (sur la surface, c'est impossible). Reste aussi l'option de l'enherbement, mais cela impliquerait une concurrence hydrique forte avec la vigne, ayant pour conséquences une mauvaise initiation florale et donc une mise en danger de la récolte. Ce sujet est ici trés complexe, et les vignerons essayent petit à petit de trouver des solutions....

undefined
Mr Villard en pleines explications !!

Aprés cette petite ballade champêtre, nous revenons à la cave pour passer au vif du sujet: la dégustation !
Mr Villard a créé le domaine de totues pièces à la fin des années 1980, et le voilà maintenant à la tête de 25 ha répartis en plusieurs appellations de la région, et avec des projets d'agrandissement.
La cave est superbe, et grande.
Nous passons par les chais d'élevage:
undefined

Puis nous remontons à la cave de vinification:
undefined

Tout est ici au top, le matériel, la cave,....

Ensuite trés vite, nous passons à la dégustation, une belle série de vins nous attend !!
Nous n'allons pas chomer avec ces bouteilles à perte de vue !!
undefined


Alors en avant !!
Nous allons déguster trois cuvées différentes de Condrieu sur plusieurs années. Le Condrieu est donc un vin blanc vinifié et élevé en fût. Les sols granitiques lui confère souvent (et selon le talent du vinificateur !!) une trés forte minéralité (sensation de fraicheur et d'acidité, alors même que l'acidité "chimique" peut etre plutôt faible). A noter aussi une proportion variable selon les millèsimes de présence de pourriture noble (Botritys), ce qui confére aux vins des caractèristiques et arômes particuliers.
Nous commencerons à chaque fois par les millésimes anciens pour revenir aux plus jeunes, ce qui s'avèrera une judicieuse tactique.

De Poncins:

1992: production de 800 btl, année pluvieuse, mais bonne maturité des raisins.
Couleur jaune or avec des reflets verts. Au nez, des arômes de violette, de banane. En bouche, une belle attaque minérale, avec des arômes confits, une belle rondeur, et un léger boisé qui ressort.

1993: 1500 btl, Couleur jaune or avec des reflets verts. Au nez, du confit, des fruits exotiques, de miel, de l'acacia. En bouche, des arômes de miel, de cire, de confit. assez rond et assez long.

1994: vin fatigué, oxydé, surement un soucis de bouteille.

1995: or foncé, reflets verts. Nez trés expressif sur des notes de miel, d'acacia. Bouche trés minérale et veloutée.

1996: couleur jaune plus claire. nez surprenant sur la truffe, bouche légérement oxydée, et trés minérale.

1997: année trés séche (pas de botrytis !!), couleur dorée, nez assez fermé avec des notes de cire et de miel. en bouche, belle minéralité, avec un boisé un peu présent.

1998: année comliquée pour cause de gel, et d'une récolte assez hétérogène. couleur jaune doré, nez sur le citron et le confit. bouche trés minérale, sur le citron confit, mais assez monolithique.

1999: couleur jaune dorée, nez assez marqué botritys avec des arômes de miel, d'acacia. bouche trés vive, minérale, avec des notes boisées, citronées, et une trés belle longeur ! Trés beau vin !

2000: couleur jaune doré, nez un peu fermé avec des notes de pamplemousse. bouche minérale, vanillée, assez longue.

2001: jaune plus clair, nez tipé condrieu, sur la violette. bouche minérale, ronde, avec des arômes de violette. Trés beau vin !!

2002: mise en bouteille avec trés peu de soufre.
couleur jaune. nez sur le pain grillé, bouche minérale, sur la violette, belle fraicheur, belle longeur. Beau vin !

2003: couleur jaune, nez sur la violette, fumé en final. bouche minérale, généreuse, avec des notes de boisé en final.

2004: (25% botritys) jaune clair, reflets argentés. Nez sur la violette, le citron frais, avec des notes de fût. Bouche tr(és minérale, avec une belle attaque et un superbe équilibre !

2005: pas de botritys. année chaude, mais pas caniculaire. nez typique sur la violette, l'abricot, le citron. bouche minérale, abricot, belle longeur.

2006: jaune clair, nez d'une belle finesse, un peu fermé. bouche minérale, fraiche, avec une belle longeur, bouche tendue.

Les Terrasses du Palat:

1996: jaune doré, nez sur la truffe, le miel la cire. bouche vive, fraiche, avec des pointes d'oxydation.

1998: jaunedoré. nez plus fermé, bouche fraiche, sur les fruits secs, avec des notes évoluées (miel, cire), de fumé de grillé.

1999: couleur or. nez mentholé, frais, pointes d'hydrocarbures. bouche vive, fraiche, tendue.

2004: jaune or, reflets verts. nez sur les fruits exotiques, la banane. bouche vive, citronée, avec des pointes de fumé, de grillé. superbe vin !

2005: jaune plus clair. nez sur les fruits exotiques, les fleurs blanches, typique du viognier. bouche trés minérale, sur les fruits exotiques, tendue, citronée. Superbe vin !!

2006: jaune clair, nez sur la violette, le fumé, bouche grillée, trés minérale.

Le Grand Vallon:

1997: jaune or, nez sur la truffe, les fruits secs, l'amande. bouche minérale, longue, équilibré, citronée, grillée.

1998: or, nez complexe, légérement évolué, bouche plus légére.

1999: jaune, reflets verts. nez exotique, mentholé pain grillé. Bouche minérale, grillée, belle fraicheur. Trés beau vin !

2000: jaune, reflets verts. nez exotique, sur la violette, le pain grillé. bocueh un peu lourde, riche, généreuse.

2004: jaune, reflets verts. nez un peu fermé, finesse. bouche minérale, longue.

2005: jaune, reflets verts. nez sur les fruits exotiques, les fleurs blanches. bouche minérale, grillée. Trés beau vin !

2006: jaune clair. nez sur la violette, les fleurs blanches. bouche exotique, citronée, trés minérale, ciselée. Superbe !!

Vendages tardices, Quintessence:

2000: jaune or, nez un peu "solvant", trés bel équilibre en bouche.
1999: nez plus discret, plus fin, trés bel équilibre en bouche.

Vins rouges:

La Diligence 05: californie (activité de consulting), Napa Vallée, 600m altitude, 100% syrah. couleur profonde, nez sur les épices, le fumé, le boisé. bouche puissante, mais à la finale séche et abrupte.
Reflets 02, St Joseph: couleur foncée, nez sur le poivre blanc, attaue minérale, belle structure, et longeur correcte. Trés beau vin !
Cote-Rotie 99: La Brocarde. Couleur foncée, trés peu évoluée. Nez puissant sur les fruits noirs, légérement foxé. Bouche tonique, avec des tanins un peu durs et une pointe d'alcool en final. Un peu rugeux.

undefined


Aprés une telle dégustation, nous prenons le temps de discuter. Mr Yves Cuilleron nous a aussi rejoint.
L'heure avançant,  et la faim se faisant sentir, nous décidons de continuer la soirée à Ampuis, au bar à vins, le Bistrot de Sérine. Mrs Villard et Cuilleron nous accompagnent !
Rien de tel pour faire bien connaissance, autour de quelques belles quilles !
A l'apéro, on fait péter un superbe Pur Sang, de Dagueneau, en Pouilly-Fumé. 100% sauvignon. Première découverte de ce maitre su sauvignon. Quelle classe ! Un vin vif, ciselé, avec un nez net, fumé, légérement sur le buis, parfait. Une bouche vive, équilibrée, un vrai régal !!
Puis sur le repas, on se régale d'un Cornas 05 de chez Clape,  grande référence en la matière. Vin un peu fermé au départ, puis qui s'ouvre. Nez superbe de puissance, de classe, et bouche majestueuse, d'une longeur superbe. Un trés trés grand moment !
On continuera par un Cigare Volant, vin californien d'inspiration de chateauneuf-du-pape ! La encore, quel manque de classe... nez puissant mais trop marqué par le bois, la vanille. Encore une fois, les vins français ont de l'avance, et quelle avance ! C'est dans des moments pareils que l'on se rend compte de la cjance que l'on a d'avoir une telle diversité, une telle finesse dans nos vins.... et là, ce n'est pas du chauvinisme, mais une constatation évidente !!
On finira la soirée en discutant de choses et d'autres, avant de rentrer chacun chez soi, tranquilement, et heureux de cette superbe journée !

Encore merci LPV et tous les participants, et merci Mr Villard pour votre bel accueil !!

Vivement la prochaine virée !!



Repost 0
Published by Pablo - dans Degustations
commenter cet article